Le Gaec du Terme à St Aubin de Cadelech : au bon poulet Fagette !

C’est dans le pays d’Eymet que nous sommes aujourd’hui, à la rencontre de Frédéric Fagette, installé depuis 95 et aujourd’hui associé, au sein du GAEC du Terme, à Luc Peyrotte depuis le 1er juillet 2006. Ils élèvent environ 140 poulets par semaine et les commercialisent prêt à cuire en direct aux consommateurs ou auprès de commerces de proximité : magasins de producteurs ou supérettes. Je connaissais déjà Frédéric, quand je suis arrivée à la Conf, il était alors membre du Comité Départemental.

Frédéric, la Confédération Paysanne, il est tombé dans la marmite quand il était petit, me raconte-t-il : c’est encore un adolescent lorsqu’en avril 86, il se rend chez des voisins, alors «Travailleurs paysans» car la ferme familiale connaît de graves difficultés, trop endettée suite à l’achat de terres dans les années 80. Les paysans voisins se mobilisent alors au travers d’une lutte longue et historique, avec une étape symbolique restée dans la mémoire du syndicat : «les vendanges de la solidarité en septembre 1990» ; en est tirée une cuvée qui donnera le premier vin de la solidarité. La Confédération Paysanne créée en 1987 poursuivra l’action entreprise par les Travailleurs paysans…

Véronique : Cette mobilisation pour la ferme de tes parents, sur quoi a t-elle débouché ?

Frédéric : Les terres ont été vendues, mais la maison familiale a été sauvée avec une parcelle de subsistance moyennant le paiement d’une mensualité compatible avec les revenus de mes parents…

Véronique : C’est là que nous sommes aujourd’hui ?

Frédéric : Oui, je me suis installé sur une parcelle de subsistance ! Je suis installé sur 6 ha de mauvaises terres ! Qui sont autant de parcours pour les poulets et pintades… et maintenant nous y travaillons à deux… D’abord aide familial, je me suis installé en 95 après avoir été objecteur, puis animateur à la Conf’ Aquitaine. Au début je suis allé voir des systèmes d’élevage en Bio, et je me suis orienté vers l’élevage et la vente de poulets, élevés au grain en plein air. Je galopais à droite à gauche, pour cultiver des terres que j’avais louées ici ou là afin de produire mes céréales. J’ai galéré, et puis j’étais très actif à la Conf’, mais, trop souvent absent, j’aurais fini par avoir de grosses difficultés, alors que j’étais presque au bout de mes emprunts ! J’ai tout arrêté pour me consacrer à ma ferme.

Véronique : Et comment s’est passée l’arrivée d’un associé ?

Frédéric : Ça a donné un nouveau souffle à la ferme. C’est un GAEC original : on est très différents ! Luc est arrivé, il n’était pas issu du milieu agricole mais était déjà dans le poulet ; en 6 mois on a monté le GAEC. On est très complémentaires, moi je suis plutôt l’éleveur, lui plutôt le commercial, on se retrouve deux matinées par semaine au labo, on conçoit les choses ensemble et avec Luc ça avance ! On a mis du temps à trouver le bon rythme, mais on se dit les choses et… nos qualités aussi se complètent. Notre but – et tu verras sur la ferme tout est conçu pour cela – c’est de travailler le moins possible ! On a doublé les bâtiments, sur le même principe qu’avant mais on a fait une économie d’échelle , on a triplé le nombre de poulets…. moi j’ai retrouvé du temps pour ma famille, lui il voyage à travers le monde !

Chaque tunnel, attenant à deux parcs enherbés, peut accueillir 900 poulets ; ils arrivent à un jour dans le tunnel, et y passeront leur vie sans être déplacés, en sortant et entrant librement du parc au tunnel, excepté les premiers jours. Lorsque les poulets sont abattus, le tunnel est déplacé grâce à des roues positionnées sous le cadre métallique qui lui sert de base, il en résulte une facilité de nettoyage et un avantage sanitaire évident. Du coup, avec ce système, très peu de traitements et surtout pas de traitements systématiques : «on observe et on n’intervient qu’exceptionnellement en cas de besoin». Le maïs, les céréales et le soja (garanti sans OGM) sont mélangés sur la ferme où il y a une toute petite capacité de stockage. Le GAEC vient d’investir dans une remorque distributrice pneumatique, pour gagner en temps et en fatigue. Nous finissons la visite par le labo, aménagé dans l’ancien corps de ferme, où sa mère demeure. Frédéric nous laisse 5 minutes pour aller lui ouvrir des huîtres.

Frédéric : Tu vois, d’être sur place me permet de m’occuper de ma mère qui est dépendante : avec l’intervention des services d’hospitalisation à domicile, et ma soeur qui prend le relais le week-end, nous avons pu la laisser dans sa maison. Moi j’habite à 200 m, avec ma femme et mon fils.

Installés à deux sur une parcelle de subsistance, ce n’est pas une panacée, ce n’est pas une revanche… peut être un pied de nez ! Frédéric me montre des terres un peu plus haut : «tu vois ces terres en face, elles étaient à vendre, c’étaient celles de mes parents.., mais elles étaient chères, trop chères…» Frédéric n’ira pas jusqu’à mettre sa ferme en danger pour les acquérir ! Tant que le vent de la spéculation n’a pas tourné…

Véronique Cluzaud

Caractéristiques de l’exploitation :

  • 6 ha de S.A.U
  • 5 grands tunnels de 90m2,1 petit de 24 m2 pour chapons
  • Environ 11 bandes de poulets par an, vendus entre 15 et 20 semaines, et 1,8 kg en moyenne ; 180 pintades
  • 1 salle d’abattage et un labo,
  • 1 hangar pour stockage et préparation des aliments
  • Vente directe sur 2 marchés : Eymet et Ste-Foy-la-Grande
  • Vente à 1 magasin de producteurs : «Le panier de saison» à Lamonzie St-Martin, 3 supérettes locales et sur une tournée de livraison
  • 2,2 U.T.H (associés plus 1 salariée temps partiel au labo)
Publicités
Cet article, publié dans Un jour, une ferme, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s