2013/09/25 Un café transmission à la ferme-auberge de Lunas

Un article de Jacques Boujou, paru dans Sud Ouest le 25 septembre 2013

Yvon Noël-Artaud a développé la filière palmipède de A à Z.

Yvon Noël-Artaud a développé la filière palmipède de A à Z. (Ph. J. B. )

On connaissait le café littéraire, le café préhistoire, voici le café transmissions. La Maison des Paysans (dont le siège se trouve place Jules-Ferry à Bergerac) organise une rencontre entre les agriculteurs qui envisageraient de céder leur exploitation agricole (les cédants à court ou moyen terme) et ceux qui envisageraient de s’installer comme agriculteurs (les repreneurs potentiels).

Au programme : discussions autour de la problématique de la transmission, demain, à 19 h 30, autour du film « Mille et une traites », de Jean-Jacques Rault. Ce long-métrage évoque la vie de Raymond, paysan en Centre-Bretagne depuis trente-cinq ans. En juin 2012, il part à la retraite. Arrêter la ferme… un soulagement et en même temps, un crève-cœur. Alors, il se lance dans un ultime combat : tout faire pour qu’un jeune reprenne sa ferme et poursuive son engagement. Un chemin semé d’embûches, mais porté par un homme capable de déplacer des montagnes.

Ce café transmissions se déroulera à la ferme de Biorne à Lunas (canton de La Force, près de Bergerac), chez Yvon et Martine Noël Artaud. Il est important que les intéressés se signalent à Fanny Labrousse (animatrice à la Maison des Paysans au 05 53 57 47 26 ou par e-mail à maisondespaysans@gmail.com) afin d’organiser au mieux la soirée et le buffet.

Casse-croûte et cinéma

En effet, à la ferme de Biorne, on ne badine pas avec le casse-croûte. La famille Noël-Artaud n’a pas vu le temps passer depuis son installation dans cette ferme alors en ruine. « Venant de la région parisienne, bac agricole en poche, nous sommes arrivés à Lunas en 1976, nous avons retroussé nos manches et aujourd’hui, nous employons six salariés », résume le chef d’exploitation.

De fait, Yvon et Martine se sont lancés dans la filière canard gras, de l’élevage en plein air sur des prairies enherbées au gavage maïs, jusqu’à la boîte de grattons, rillettes et autres confits et foies gras. « Notre laboratoire, agréé aux normes européennes, a été inauguré en 1988 ; nous avons ouvert la ferme-auberge en 1994, nos gîtes ruraux en 2000 », précise Yvon. À n’en pas douter, le café transmission sera achalandé aux saveurs du Périgord.

Jacques Boujou

Retrouver l’article en ligne sur le site de Sud Ouest

Publicités
Cet article a été publié dans Ils parlent des cafés, Médias. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s